Une station de métro transformée en restaurant à Paris ?

Le Terminus, ou quand une station de métro devient une halle culinaire : c’est le projet grâce auquel Novaxia a remporté le prix Réinventer Paris 2. Un métro transformé en lieu dédié à l’univers culinaire est un projet insolite, mais les initiateurs du projet ont de l’ambition et comptent en faire une œuvre d’art vivante.

Station de métro Pixabay
Station de métro

Un projet original et un défi de taille

Cette œuvre d’art se veut vivante, puisque la ligne 10 continuera de passer par cette station fantôme, mais sans s’y arrêter comme c’est le cas depuis 1939, date à laquelle l’endroit servait de terminus à cette ligne. Cette future halle culinaire, la station Croix-Rouge, est située à 9 mètres sous terre, entre les stations Sèvres-Babylone et Mabillon, dans le 6e arrondissement.

Pour mener à bien leur projet, qui sera ouvert au public vers la fin de l’année 2021, le porteur du projet, Novaxia, s’est associé au cabinet Same Architectes. D’autres acteurs, issus du monde de la restauration, ont également rejoint le groupe de réflexion qui s’est créé autour de Novaxia. Il s’agit entre autres du Syndicat, un des meilleurs bars de Paris, dans le 19e arrondissement, et du torréfacteur du 10e, La Brûlerie de Belleville.

Un lieu dédié à la culture culinaire

Le décor de métro sera maintenu. Les clients continueront de voir la plaque qui annonce le nom de la station ainsi que les affichages et carrelage typiques d’une station. Cependant, les quelque 540 m2 que comptent les lieux seront aménagés de façon à avoir sur un côté un marché et un food court qui permettra aux clients d’acheter et de consommer les produits franciliens, le but étant de promouvoir le circuit court. De l’autre côté des rails, un restaurant et un bar à cocktails seront mis en place, avec une cuisine ouverte où les étudiants de l’école Ferrandi, installée non loin de la station Croix-Rouge, montreront leur savoir-faire.  
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire