Essuyez vos mains avec des makis

Non, non, non, ce n’est pas une farce et encore moins une provocation. À table, vous pouvez essuyer vos mains avec une serviette ressemblant à un makizushi et pas seulement vous, vos hôtes également. Ces serviettes sont en tout cas l’occasion de vous concocter un petit repas 100 % makis et sushis : vous les avez en menu, vous utilisez une vaisselle dédiée, des couverts spéciaux (en l’occurrence des baguettes) et ces serviettes.

Sushi Towel Jenny Pokryvailo - Ototo - behance
Sushi Towel

Différentes garnitures et différentes couleurs

En tout, 6 types de serviettes sont disponibles, imaginés autour de 4 ingrédients principaux à savoir le saumon, le thon, le crabe et le tamago (œuf de poisson). Ces ingrédients sont représentés par une couleur spécifique pour chacun et les autres garnitures fonctionnent de la même manière. Par ailleurs, les serviettes prennent soit la forme d’un maki soit celle d’un california. Bref, tout a été calculé, étudié pour une représentation fidèle de ce que l’on retrouve dans les restaurants japonais, et plus précisément, les bars à sushis. Les makis, enveloppés dans une feuille d’algue nori, ont un extérieur noir tandis que les california (ou maki renversé) affichent une face externe totalement blanche.

Une œuvre d’art

En plus d’être des accessoires pour la table, ces serviettes sont des créations artistiques que l’on doit à Jenny Pokryvailo, une designer de Tel-Aviv. Ce n’est pas pour rien que l’on parle d’art de la table quand on voit ce type de création ! Ce n’est pas la première fois que Jenny Pokryvailo imagine ce type d’article. Certaines de ces créations, dont ces serviettes, ont été imaginées pour le studio de design Ototo. Pour en revenir à nos serviettes, il faut les plier d’une manière précise pour obtenir l’effet sushi. Ces serviettes peuvent aussi être utilisées en cuisine.
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire