Wazawok et ses plats au wok à emporter

Wazawok propose des plats cuisinés au wok à emporter.

Visuel Wazawok Wazawok
Visuel Wazawok
Wazawok voit le jour en 2009 lorsque Jean-Claude Werth et Jean-Paul Ketterer (fondateurs de Wokthaï à Strasbourg) rencontrent Franck Riehm et Eric Senet, fondateurs de Flam’s en Alsace.  Pour Eric Senet, le concept est « théâtral », un véritable  « spectacle » pour le  consommateur. Néanmoins, les prix appliqués sont acceptables avec un ticket moyen à 7,30 euros.

Développement

Après l’ouverture du premier restaurant en 2009 à Strasbourg (la ville en possède depuis 2), un premier partenaire s’implante à Mulhouse en 2011. La même année, l’enseigne ouvre à Tours (37) puis à Paris. Le groupe s’implante également à Saint-Brieuc début 2012. Une deuxième ouverture est prévue en juin à Colmar (68). Au total, Wazawok vise cinq nouvelles unités en 2012 et entre 5 et 10 ouvertures en 2013. Wazawok fonctionne aussi bien le midi que le soir.

Public cible

Wazawok s’adresse surtout aux jeunes et aux actifs et d’une façon générale à tous ceux qui souhaite un repas sain et équilibré. Ce qui est évident étant donné que la cuisine au wok ne peut être faite qu’à la commande.

Le petit plus chez Wazawok

Les ingrédients utilisés sont frais car livrés le matin-même. Mais l’enseigne apporte également sa propre valeur ajoutée à la restauration rapide en développant au maximum ses propres produits : un traiteur réalise exclusivement ses sauces pour elle, elle possède sa propre gamme de boissons et de desserts. Toutes les créations sont préalablement testées auprès des clients, dans les restaurants en propre et chez certains partenaires, puis améliorées avant d’être proposées à tout le réseau.
Marie
Par

Chez elle, on retrouve à la fois l’amour de l’écriture et la passion de la bonne cuisine. Critique gastronomique en herbe, elle est en recherche permanente de nouvelles expériences culinaires pour ensuite partager ses ressentis avec les lecteurs de ou-dejeuner.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire