Un plat au restaurant à 3,50 €, vous y croyez ?

Un plat au restaurant à 3,50 €, ça fait vraiment envie, avouez. Eh bien, c’est chose faite depuis quelques années dans les restaurants sociaux Soleils et Papilles, au cas où vous ne le sauriez pas encore.

Restaurant social Pixabay
Restaurant social

Deux restaurants sociaux à Paris

Détrompez-vous, il ne s’agit pas d’un établissement clandestin ou d’un fast-food, mais d’une enseigne de restauration sociale : Soleils et Papilles. Ici, la décoration est sobre, bien loin de ce qu’on peut s’imaginer au vu des prix des plats.   Appartenant au groupe Coallia, deux restaurants ont déjà ouvert leurs portes à Paris depuis 2015. Ces restaurants sont tous deux installés à proximité de foyers de travailleurs migrants, les premières cibles de l’enseigne.

Le principal objectif de cette chaîne de restaurants et de permettre aux travailleurs migrants, clandestins pour la plupart, de manger convenablement à un prix adapté à leur budget, laissant de côté les restaurants incognitos où l’hygiène ne répond pas toujours présent. Le deuxième objectif de cette initiative est de favoriser la mixité sociale en conviant aussi les habitants des quartiers riverains. Alors, que vous soyez riche ou avez un revenu modeste, vous êtes le bienvenu !

Où trouver ces restaurants ?

Certes,  les restaurants jouissent d’une mise à disposition pour les locaux ainsi que de subventions pour l’aménagement, mais à part cela, l’enseigne travaille seule. Encore une bonne initiative qui mériterait une subvention, mais qui n’en bénéficiera sans doute jamais. Malgré la concurrence déloyale de la part des « restaurants clandestins » et de l’absence d’aide étatique, l’enseigne envisage d’ouvrir un autre restaurant dans le 19e arrondissement de Paris et compte bien être présente dans tous les arrondissements. Rappelons que les restaurants Soleils et papilles se trouvent dans le 12e et 13e. Peut-être un bon plan resto pour sortir du cadre conventionnel de ce genre d’établissement ? 
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire