Sushis et sashimis : attention au ténia du poisson !

Les sushis, makis et sashimis, beaucoup d’entre nous en raffolent, mais la prudence est vraiment de mise pour éviter une malheureuse complication. Consommer des poissons crus présente des risques pour la santé si les conditions de fraîcheur ou de conservation ne sont pas optimales. Quelques cas de consommateurs infectés par le ténia du poisson ont en effet été recensés.

Sushis et sashimis Image Rudy and Peter Skitterians de Pixabay
Sushis et sashimis

7 cas de ténia du poisson en 2 ans au CHU de Rennes  

Le sushi et le sashimi, deux plats emblématiques de la cuisine japonaise, figurent parmi les grandes stars de l’été. Pourtant, il faut savoir que la consommation de ces préparations essentiellement à base de poisson cru vous expose à des risques de parasite. D’après les dernières publications du CHU de Rennes, 7 cas de ver solitaire ont été recensés au sein de cet établissement en seulement 2 ans, entre juillet 2016 et septembre 2018. Impossible donc de ne pas s’alarmer face à de telles statistiques puisqu’aucun cas similaire n’a été enregistré depuis au moins 20 ans. La même espèce de ténia du poisson d’origine japonaise a été identifiée sur les personnes concernées. Et pour faire le rapprochement, toutes les victimes ont bel et bien affirmé avoir consommé des sushis à plusieurs reprises.  

La congélation, une précaution sanitaire importante  

La congélation reste l’une des mesures les plus efficaces qui permettent d’éliminer les parasites du poisson, tels que le ténia. Il est donc essentiel de respecter la chaîne du froid et de ne pas l’interrompre. D’après les dispositions du règlement européen de 2004 qui s’adresse aux restaurateurs servant du poisson cru, une congélation à une température de -20° à cœur pendant 24 heures, ou -35° à cœur pendant 15 heures est nécessaire pour s’en débarrasser. Avant la congélation, il ne faut tout de même pas oublier de bien nettoyer le poisson et d’enlever immédiatement immédiatement les vers visibles à l’œil nu au moment de la découpe.
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire