Spok : le fast-food sain marseillais

Spock est un enfant de Marseille. Le tout premier établissement de la chaîne, organisée en franchise, ouvre dans la cité phocéenne. Depuis, le réseau compte 12 restaurants dont 2 à Paris (21, rue Dussoubs dans le 2e et 3, rue Richer dans le 9e) et 1 à Lille, tous 3 récemment inaugurés.

Table en bois chez Spok Spok
Table en bois chez Spok

Une enseigne de fast-good où le fast-food se conjugue à l’haut de gamme

Spok propose une offre prêt-à-manger élaborée. Car la cuisine porte l’empreinte du « manger sain et gouteux » et s’inscrit dans un esprit de créativité. Christophe Juville, fondateur de la chaîne, souhaitait une restauration rapide au blason redoré. Ici on cuisine, mais on n’assemble pas des produits congelés ou surgelés. Ici, on dose rigoureusement la matière grasse pour assurer des recettes légères, mais consistantes. Ici on ne connaît pas ce que sont les additifs, colorants et conservateurs, car tout est frais et tout est naturel.

Une offre typique d’un fast-food

C’est tout naturellement que la carte dispose de sandwiches préparés selon les compositions dans un pain viennois, un pain au maïs, un pain panini, un pain de mie, un bun au pavot, ou une tortilla de blé. Les salades sont également au rendez-vous dévoilant la richesse du potager français. Et puis, pour ceux qui souhaitent s’attabler et manger comme à la maison, il y a les « petits plats et bouillons », dont les recettes ont été imaginées par des chefs professionnels. Dans un esprit de dynamisme, Spock fait régulièrement venir des collaborateurs que Christophe Juville se plaît à présenter en s’exclamant : « Lui, c’est mon ami ». L’ami du moment se nomme Sébastien Thoen et on lui doit la soupe baptisée Chorba Le Grec. À noter que Spok assure un service en salle ainsi qu’un service de livraison express. 
Marie
Par

Chez elle, on retrouve à la fois l’amour de l’écriture et la passion de la bonne cuisine. Critique gastronomique en herbe, elle est en recherche permanente de nouvelles expériences culinaires pour ensuite partager ses ressentis avec les lecteurs de ou-dejeuner.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire