Quand le charbon s'invite dans l'alimentation

Connu pour ses vertus antiballonnements, le charbon végétal peut aussi être intégré directement dans les plats. Cet ingrédient est de plus en plus apprécié, et les grands chefs s’en sont approprié.

Le charbon dans l'alimentation Pixabay
Le charbon dans l'alimentation

Ce qu’il faut savoir sur cet ingrédient hors du commun

L’utilisation du charbon végétal dans le domaine de la gastronomie date déjà du XIXe siècle. Il était alors incorporé à la farine, pour des recettes aux propriétés digestives. Pour créer ce charbon végétal, le bois, généralement le bambou et le bouleau, est brûlé à très haute température, puis réduit en poudre.

Un souci d’esthétique

De nos jours, le charbon végétal est intégré à la pâte à pain, aux crackers ou encore aux bagels pour leur donner une coloration particulière. Ce noir devient un présentoir plus kitch et nettement plus design pour mieux mettre en valeur la viande, le poisson ou encore les fruits de mer et les légumes. Comme le charbon est presque insipide, il n’ôte en rien le goût des plats. Pour mieux mettre la couleur en valeur, il est d’usage de dresser les plats sur des assiettes blanches ou d’un ton clair.

Un ingrédient qui se conjugue au salé comme au sucré

Ce que le charbon végétal a aussi de particulier, c’est qu’il peut s’inviter dans toutes les créations. Depuis les biscuits apéritifs jusqu’aux desserts, il est le bienvenu. C’est ainsi que vous pourrez trouver de la glace au charbon où les couleurs du caviar, du charbon et de la vanille offrent un joli tableau. Si vous passez par New York, vous pourrez faire un saut au Morgenstern’s Finest Ice Cream, pour déguster cette recette. Au Royaume-Uni, des chefs étoilés ont trouvé un usage plus raffiné à cet ingrédient, tel que du bœuf cuit à l’huile de charbon.

Le charbon y compris dans les boissons

Toujours à New York, mais cette fois dans au Mission Chinese Food, vous pouvez commander un cocktail à base de charbon, agrémenté de miel, de saké et de mezcal.  
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire