Pas de dessert cette année au restaurant espagnol Mugaritz

Le chef Luis Andoni Aduriz a annoncé la suppression du dessert dans la carte du restaurant Mugaritz, un célèbre restaurant espagnol. Cet établissement, par le biais de son chef cuisinier, se débarrasse tout simplement du rituel occidental intemporel, avec une décision radicale et irréversible. Plutôt original et osé, non ?

Dessert au restaurant Pixabay
Dessert au restaurant

Un restaurant qui bouscule les codes

L’établissement Mugaritz est implanté en Espagne, plus précisément dans la commune du Guipuscoa, à 10 km de la frontière française. Pour cette saison 2017, il ouvrira ses portes du 12 avril jusqu’au 10 décembre. À la veille de sa réouverture, le chef redéfinit une nouvelle politique : pas de dessert ! Il bouscule aussi les codes gastronomiques en encourageant les clients à manger avec leurs mains. Selon ses arguments, 80% des plats ne nécessitent aucun couvert et permettent aux autres sens d’être stimulés avant le goût, grâce aux habitudes primales qui remontent à la surface. Chaque année, il ne cesse d’apporter de nouvelles idées, de surprendre, de désaxer, voire même de perturber le consommateur. Cette fois, sa nouvelle signature l’amène à une expérience sociale et épicurienne qui, d’après lui, vise à libérer le dîner des préjugés.

Le chef Aduriz, un innovateur gastronomique

Le chef Aduriz a concocté le menu en collaboration avec des scientifiques. Il cherche à alterner les saveurs sucrées et salées dans la carte. Certes, la note sucrée à la fin du repas n’existe plus, mais les touches sucrées ponctuent le menu. Cela pour prouver que son projet de recherche dont le thème « pourquoi mangeons-nous de cette manière ? » a abouti à la conclusion que les sens réagissent autrement au sucré selon le moment du repas où il intervient. Et vous, arriveriez-vous à vous passer de dessert lors d'une sortie au restaurant ? 
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire