Miznon : la pita israélienne à Paris

En octobre, le quartier du Marais à Paris a accueilli dans ses rues un fils de la cuisine Tel Avienne (Israël).

Des kebabs comme en Israël Facebook Miznon
Des kebabs comme en Israël
Baptisé Miznon, l’établissement promet de faire expérimenter à chacun de ses visiteurs ce que l’on entend par une « pita gourmet ».

De Tel-Aviv à Paris

Miznon, c’est l’œuvre du chef de cuisine Israélien Eyal Shani. L’enseigne, fonctionnant en franchise, a ouvert son premier établissement à Tel-Aviv. Le 17 octobre dernier c’est donc au tour des Parisiens de faire la connaissance avec la cuisine décontractée, mais bien pensée d’Eyal. Aux commandes de cette nouvelle antenne, David Moyal. Miznon ou la restauration tel avienne à Paris Miznon Paris ne diffèrerait pas du restaurant de Tel-Aviv. Le site Cool Israël indique que la clientèle française a droit à une reproduction de la salle à manger aménagée dans le QG d’Israël. Mais étant une franchise, finalement, il n’y a rien d’étonnant à ce que les deux restaurants se ressemblent. D’ailleurs, toujours selon Cool Israël, Miznon Paris propose les mêmes menus que Miznon Tel-Aviv. En tous les cas, c’est rassurant car ceux et celles à la recherche d’un restaurant israélien typique seront servis.

La carte du Miznon

Elle est orientale avec un fort accent israélien (le sabich par exemple), forcément !  Le restaurant est spécialisé dans la pita. Mais attention : il ne s’agit pas d’une pita grossière telle que proposée en mode street-food. Au Miznon, les recettes sont élaborées, parfois même un brin complexe. Tout est étudié pour garantir le mariage de saveurs parfait, sans pour autant faire défaut à une des caractéristiques principales de la pita, à savoir, un sandwich généreux. Autour de la pita, gravitent des recettes israéliennes, du Moyen-Orient et parfois même au-delà. 
Marie
Par

Chez elle, on retrouve à la fois l’amour de l’écriture et la passion de la bonne cuisine. Critique gastronomique en herbe, elle est en recherche permanente de nouvelles expériences culinaires pour ensuite partager ses ressentis avec les lecteurs de ou-dejeuner.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire