Manger trop de charcuterie, quels sont les dangers ?

Bacon, saucissons, pâté, mortadelle, lardons et autres, la charcuterie figure parmi les aliments stars d’un repas copieux qui ravit les grands gourmands, et que l'on retrouve dans de nombreuses spécialités : pizzas, assiettes garnies, etc. Bien qu’agréablement savoureuse, elle présente toutefois de réels risques pour la santé, notamment en cas d’abus.

Charcuterie Pixabay
Charcuterie

Une source de matières grasses et de cholestérol

Qu’elles soient à base de viande de bœuf, de porc ou de volaille, la charcuterie est un aliment transformé et préparé suivant un processus assez particulier qui leur donne un goût agréablement délicieux et auquel on a du mal à résister. À cela s’ajoute une méthode de conservation au sel. De par la combinaison de ces deux procédés, elle devient une source de matières grasses riches en acides gras saturés. À titre de référence, les saucissons et les pâtés contiennent 30 % de matières grasses. Ce pourcentage augmente même jusqu’à 50 % pour le foie gras.  

Des risques de maladies cardiovasculaires

La consommation non modérée de charcuterie augmente les risques de maladies cardiovasculaires. Source de matières grasses et riches en acides gras saturés, cet aliment augmente rapidement le taux de mauvais cholestérol qui favorise l’athérogénèse, c’est-à-dire le dépôt de cholestérol sur les parois des vaisseaux sanguins. Ce phénomène obstrue ainsi la circulation sanguine et favorise l’apparition de maladies cardiovasculaires.  

Un risque de cancer en cas d'abus

D’après une étude publiée par l’OMS, la charcuterie consommée sans modération est cancérigène pour l’Homme. Il s’avère en effet que les acides gras saturés présents dans ce type d’aliment favorisent également la prolifération de différentes tumeurs. Parmi les cas de cancers les plus associés à la consommation abusive de charcuterie, on note en particulier le cancer colorectal, celui de la prostate et du pancréas.        
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire