Les robots, ces nouveaux employés des restaurants

La robotisation des tâches dites répétitives trouve depuis quelques années des applications dans le monde de la restauration et de la cuisine. Aujourd’hui, les firmes de technologies d’automatisation vont de plus en plus loin : robot barista, serveurs, et même cuisinier.

Au restaurant Pixabay
Au restaurant

Des bras robotisés comme  cuisinier  

Les robots sont présents au service de l’homme depuis longtemps, notamment dans le secteur industriel avec Unimate, le premier robot industriel commercialisé dès 1961. Vous le connaissez sûrement, car c’est l’ancêtre des robots utilisés par le célèbre constructeur automobile américain General Motors. C’est le même principe de bras robotisé que l’on retrouve aujourd’hui dans les prototypes de robots utilisés dans la restauration.  

Avec de nouvelles fonctions en plus, les constructeurs proposent ainsi des robots capables de traiter des données tout en effectuant les tâches qui leur incombent. Certains sont conçus pour intégrer une équipe de commis en complément des autres employés. C’est le cas de Flippy, lancé en février 2017 par la compagnie Miso Robotics.  

Flippy trouve sa place dans les fast-foods avec pour rôle la cuisson et l’assemblage partiel de hamburger. D’autres robots assurent seuls leurs tâches à l’exemple des robots de la startup Cafe X Technologies. Capable de prendre commande via mobile et servir des boissons chaudes toutes les 20 secondes, Café X est notamment présent à Hong Kong et à San Francisco. Bien d’autres exemples  sur ce modèle existent en Asie, dont le Japon qui est l’un des pays les plus avancés en matière de technologie robotique.
 

Depuis 2017, un autre robot fait beaucoup parler de lui : celui de Moley Robotics. Il a l’intention de monopoliser quelque peu la cuisine. Dans cette vidéo de promotion, les mains robotisées sont ultra-précis. Le robot, doté de 129 capteurs, peut mémoriser et reproduire plus de 2000 recettes sans assistance.
 

Des serveurs et des hôtes  robots  

Moins mobile mais tout aussi pratique, Shanghai exploite des robots de commande pour une population dense et hyper connectée.  Ces robots établis dans plusieurs points de vente ont pour travail de prendre la commande du client tout en faisant des suggestions personnalisées basées sur les données qu’ils reçoivent. C’est là un autre exemple de la magie du deep learning ou de l’apprentissage automatique.  

Cette interaction avec l’homme est l’une des grandes questions de la place des robots dans la société. Se rapprochant encore plus de la science-fiction, des restaurants en Inde et en Chine utilisent des robots humanoïdes pour assurer leur service. Si certains déplorent cette pratique, regrettant le contact humain, les restaurateurs y voient un moyen de dégorger le rush constant vécu par les serveurs.  

Une nouvelle main-d’œuvre compétente…ou pas

En cuisine, tout n’est pas toujours amusant pour les commis et les apprentis cuisiniers. Entre la tonne de légumes à découper et les tâches répétitives, il n’est pas étonnant que des alternatives aient été recherchées pour alléger le travail. L’augmentation de la productivité et le gain de temps restent les avantages premiers de ces nouveaux compagnons. Compagnons car en effet, les robots automates prennent de la place. Les inventeurs n’hésitent d’ailleurs pas à leur donner une apparence sympathique, comme le robot chinois Chef Cui chargé de découper des nouilles.  

Du côté du service, tout ne se passe pas toujours comme prévu. À Canton, un restaurant du sud de la Chine a dû abandonner ses robots de service à cause de panne et de maladresses.    
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire