Les fast casual restaurant en France et aux USA

En France, il y a Class’Croute, King Marcel, Bert’s, Big Fernand, Cojean, Pink Flamingo, Il Café, Francesca … pour ne citer que ceux-là. Aux USA, on trouve Panera, ZuZu Handmade Mexican Food, Axian Box, Burger 21 … et bien d’autres encore.

Point de vente Tim Horton's
Point de vente Tim Horton's

Une cuisine de haute volée

Toutes ces enseignes ont un point commun : ce sont des chaînes de restauration rapide spécialisées dans une carte haut de gamme ! Au pays de l’Oncle Sam, on les appelle les « fast casual restaurant » ou encore les « upscale quick-service eateries ». La qualité s’entend ici sous différents angles : service (la ponctualité notamment), choix des matières premières (ingrédient plus ou moins noble, de préférence labélisé), cadre intérieur, originalité des recettes, régularité de renouvellement de la carte, présentation des mets (y compris les sandwiches), infrastructure (la pluralité des moyens de paiement acceptés par exemple)

Comparaison France-USA

Chez nous, à l’exception de Class’Croute dont l’expansion est, avouons-le, extrêmement rapide, mais surtout soutenue, les autres peinent relativement à s’étendre. Encore faut-il qu’elles  souhaitent accroître leur réseau. Ces enseignes sont en effet attachées à une vision de la restauration rapide où la qualité prime avant tout. Or, ce n’est nouveau pour beaucoup, la gestion de la qualité se complique avec le développement. À l’inverse, les fast-foods haut de gamme prennent de l’envol Outre-Atlantique. Selon le NPD Group, leur nombre a augmenté de 7% en une année (mai 2012 à mai 2013). Par ailleurs, leur affluence a connu une haute de 9%. Parallèlement, les enseignes cotées en bourse voient leur valeur grimper en flèche. Conséquence : les enseignes de restauration rapide traditionnelle fournissent de gros efforts pour améliorer la qualité de leur service et de leur carte pour pouvoir supporter la concurrence des enseignes haut de gamme.
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire