Les burgers de luxe en France

La France est le pays de la gastronomie. On ne s’étonnera donc pas de constater que le burger s’est adapté à cette tradition de l’excellence gastronomique. Désormais, l’ancienne icône de la malbouffe est devenue symbole du fast-casual, du fast-good, parfois même de la bistronomie et surtout, de la restauration rapide haut de gamme.

le Sirloin Third Pound Burger WVAQ - @WVAQ Twitter
le Sirloin Third Pound Burger

Profusion de burgers de luxe

Blend Hamburger, Big Fernand, Le Camion qui Fume, BAB… ces noms, et ils ne sont pas les seuls, sont associés au burger chic de Paris, et même de France. Car de plus en plus, le burger s’affranchit de son image dégradant de pilier de la malbouffe. Même les grands restaurants étoilés, les établissements gastronomiques crédités de plusieurs étoiles chez Michelin et les enseignes affiliés aux palaces se lancent dans l’aventure. Et c’est sans compter les créations des grands chefs étoilés. Oui, le burger a définitivement conquis le cœur de l’univers de la grande cuisine et de la haute gastronomie. Il a fait plier les tenants de la restauration traditionnelle, les défenseurs des restaurants chics et à la mode sans être luxueux… Bref, elle a entamé sa montée en gamme et semble avoir atteint les sommets. Cette « promotion » est servie par la sortie de nombreux livres de cuisine dédiés exclusivement au burger.

Une tendance qui inspire aux USA

Dans ces conditions, on ne s’étonne pas que Mc Donald’s s’essaie à la création de burgers de luxe (c’est relatif bien sûr !), loin de ses compositions traditionnelles pour tout public. La dernière recette en date, disponible uniquement aux USA, est le Sirloin Third Pound Burger. Il est richement garni, mais son ingrédient principal est un faux filet et il est servi sur un plateau de bois. En 2009, l’enseigne avait déjà lancé l’Angus Third Pounder. 
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire