Les algues dans la cuisine japonaise

Loin de se limiter aux sushis et aux makis, les algues sont des légumes à part entière dans la cuisine japonaise. Poussant en plein océan, elles accompagnent de nombreux plats et se déclinent en plusieurs formes. Leur principal avantage, leur côté sain.

Algues et cuisine japonaise Pixabay
Algues et cuisine japonaise

Le nori

Le nori est une algue séchée avant d’être grillée. Il se décline en feuille dénommée yaki nori pour les makis et sushis. En fines lamelles ou en paillettes, il sert à décorer votre riz, vos nouilles, vos salades, vos soupes ou tout autre plat.

L’aonori

Algue en poudre, l’aonori a une couleur plus claire que le nori, avec un goût plus accentué et un arôme plus puissant. Il agrémente les okonomiyaki, les takoyaki, les yaki udon, et la soupe miso.  

Le wakame

Utilisé pour assaisonner la soupe miso, sur du tofu ou en salade avec des graines de sésame, le wakame est  une algue légère en bouche.

Le konbu

Le konbu est une algue servant à la confection du dashi, le bouillon de base de la cuisine japonaise. Il peut aussi se décliner en lamelle servie sur du riz, ou en petit nœud dans des plats de viande ou de poisson au lieu d’un bouquet garni.

Le hijiki

Algue brune ressemblant à des nouilles fines, le Hijiki est adapté aux soupes, salades et sandwichs. Il est recommandé de ne consommer que 5 g de cette algue au quotidien, car sa forte teneur en iode pourrait avoir des conséquences nocives pour sur la thyroïde.

L’arame

L’arame est une algue noire utilisée dans la cuisine macrobiotique comme accompagnement des soupes, des gâteaux et des salades.

Le funori

Algue rougeâtre, elle se déguste en salade ou dans les soupes miso.

L’umibudo

Originaire d’Okinawa, l’umibido, dénommé aussi caviar vert ou raisin marin, ressemble aux raisins vertes en grappe. Au goût de noisette iodée, il se consomme nature ou avec de la sauce, et est réputé favoriser la longévité.

L’agar-agar

Gélifiant à base d’algue, l’agar-agar ou le kanten est surtout utilisé en pâtisserie. Il fait aussi partie des ingrédients des tokoroten, un plat de nouilles japonaises.  
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire