Le gaspacho : 3 bonnes raisons d’y succomber cet été

Chaque été, les recettes fraîches et colorées envahissent la carte des restaurants et apporte une touche de pep’s à nos habitudes alimentaires. Cette saison, on n’y échappera pas. Cette soupe froide populaire sur la péninsule ibérique, notamment au Portugal et en Espagne, se prête en plus à toutes les envies. Pas encore convaincu ? Voici 3 bonnes raisons d’y goûter et de mettre de côté (enfin !) les potages bien chauds de l’hiver.

Gaspacho Pixabay
Gaspacho

1- Le gaspacho est plein de fraîcheur  

Avec le soleil qui brûle parfois et les températures qui nous poussent à sortir en short, autant se rafraîchir au déjeuner avec une soupe froide. Tout aussi intéressant que la glace pour faire face à la chaleur estivale, le gaspacho se déguste de mille et une façons, comme un smoothie, joliment dressé dans une belle assiette avec quelques feuilles de menthe ou de persil…  

2- Le gaspacho est idéal aussi bien en apéro qu’en entrée   

Le gaspacho, c’est un peu comme une salade mixée. Il a donc tout à fait sa place à l’heure de l’apéro. Aux côtés des bouchées gourmandes, des canapés en tous genres et des chips, osez le gaspacho en verrine pour une présentation tout à fait alléchante. Les tablées estivales peuvent aussi commencer sur une note de fraîcheur avec cette soupe froide en guise d’entrée.     

3- Le gaspacho se revisite à toutes les sauces  

Dans le gaspacho andalou, on retrouve des tomates, du poivron, du concombre, du pain rassis, de l’oignon et un filet d’huile d’olive. Ce n’est toutefois pas une recette figée. À chacun sa version du gaspacho, et tout est possible, y compris les recettes sucrées salées. Le choix des ingrédients influera bien sûr sur la couleur du potage, ce qui est aussi une merveille pour les yeux. Un peu plus de carottes ou du melon pour un gaspacho orangé, de l’avocat et des petits pois pour un gaspacho vert, etc. Finalisez la présentation avec de jolies crevettes, un chips de jambon sec , une tranche de pastèque ou autre.  
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire