La Vente à Emporter sort de la crise

Le secteur de la Vente à Emporter a le vent en poupe !

Déjeuner à emporter ou en lviraison
Déjeuner à emporter ou en lviraison

La croissance est au rendez-vous

Comparé au 1er trimestre 2010, celui de 2011 est marqué par l’augmentation continue du chiffre d’affaires des restaurants proposant la VAE. En effet, plus de la moitié des établissements du secteur déclarent avoir enregistré des recettes à la hausse. 66 % des restaurateurs enquêté précisent que le pic a été atteint au mois de mars. Cette progression positive des chiffres devrait se poursuivre pour le 2ème trimestre puisque d'ores et déjà 48 % des restaurateurs déclarent que le taux de fréquentation de leurs établissements suit une courbe positive. Seulement 15 % affirment le contraire. Cependant, il faut noter que la vigilance est de mise dans le secteur comme l’atteste la stabilité de l’indice de confiance (6,7/10).

Explication du phénomène

Dans le contexte de crise qui prévaut depuis 3-4 ans, les Français sont contraints à la productivité. Mais qui dit productivité, dit gestion optimale du temps. C’est ce facteur temps qui est en partie à l’origine du boom de la VAE. Le consommateur souhaite des formules alimentaires rapides qui ne font pas l’impasse sur ses besoins nutritionnels journaliers. Cette exigence explique que les soupes soient devenues les plats les plus commandés dans les formules de vente à emporter. Viennent ensuite les salades dont les apports caloriques sont multiples et le risque de tomber dans la malbouffe presque nul. En troisième position, on trouve les pâtes. En matière de boissons à emporter, les smoothies se trouvent en pôle position. Avec ces statistiques, on peut dresser un constat simple qui sous-entend une profonde mutation de la société française : les Français intègrent dans leurs habitudes de consommation la formule de la restauration rapide notamment la VAE.   
Marie
Par

Chez elle, on retrouve à la fois l’amour de l’écriture et la passion de la bonne cuisine. Critique gastronomique en herbe, elle est en recherche permanente de nouvelles expériences culinaires pour ensuite partager ses ressentis avec les lecteurs de ou-dejeuner.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire