La tendance slowfood : décryptage

À l’opposé du fast-food qui mise sur des plats souvent caloriques, avec trop de sel et de gras, la slowfood est comme un retour aux sources, à l’essentiel, à une alimentation saine. Tout comme le clean eating, elle connaît aujourd’hui un grand succès. Mais qu’est-ce au juste ? Littéralement, on peut traduire la slowfood par manger mieux.

Slowfood Pixabay
Slowfood

Les origines de la slowfood

La slowfood est un mouvement qui a vu le jour en 1986 en Italie, et s’est fait connaître à l’échelle internationale 3 ans plus tard. Carlo Petrini, un chroniqueur gastronomique italien en a été l’initiateur. Le mouvement est devenu une association à but non lucratif, dont la cotisation de ses membres constitue le financement.

L’association Slowfood compte actuellement 100 000 adhérents dans le monde, précisément dans 132 pays, dont moins de 1% en France. Elle regroupe des membres passionnés par le projet, dont des jeunes, des universitaires, des pêcheurs et activistes. Elle vise à bannir la consommation rapide tout en préservant les valeurs de l’alimentation traditionnelle qui respecte l’environnement.

L’objectif du mouvement

Le principal objectif est de sensibiliser la conscience des consommateurs, notamment en matière d’alimentation, son origine ainsi que sa saveur. Le phénomène fast envahit le monde, dans la vie en général, et dans le secteur de la restauration en particulier, par le biais du fast-food.

Le mouvement slowfood a été spécialement fondé pour aller à l’encontre des signes de la vitesse qui marquent la société actuelle. Il veut se positionner comme un casseur de vitesse afin de ralentir le rythme, surtout du côté de l’alimentation, d’où le logo représentant un escargot. Ceci est une éducation pour mieux savourer les aliments, pour adopter une alimentation plus saine et écarter les produits industriels. Cette méthode d’alimentation respecte davantage les saisons et privilégie les produits locaux.

Une lutte pour mieux s’alimenter

Cette approche alimentaire émergente est en quelque sorte un guide pour mieux choisir sa nourriture et préparer ses aliments en optant pour les saveurs locales. Elle vise aussi à apprendre aux consommateurs à privilégier les productions artisanales en matière d’alimentation.

Une bataille écologique

La philosophie de la slowfood est une véritable éthique qui incite au respect de l’environnement, ou tout simplement un art de vivre. Le mouvement a adopté le slogan « ne dévorons plus le climat » pour mieux transmettre le message écologique aux consommateurs. Dans ce sens, des campagnes de fond ont été élaborées et mises en œuvre. Parmi les programmes figure la protection des abeilles qui risquent d’être décimées par les pesticides. Le mouvement encourage les pratiques agricoles naturelles en vue de créer un écosystème protégeant la faune et la flore.

Il s’agit également  d’optimiser la lutte contre le gaspillage alimentaire pour avoir un système alimentaire durable. Au même titre, la slowfood tend à promouvoir l’alimentation animale et humaine sans OGM. Outre cela, elle recherche des solutions pérennes pour mieux gérer les ressources marines, en prônant la consommation responsable des produits marins.
   
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire