L’Aligot Bar

L’Aligot Bar est un pionnier dans son domaine. Il propose une des spécialités culinaires de l’Aveyron, l’aligot, servi selon la formule de la restauration rapide.

Logo Aligot Bar Aligot Bar
Logo Aligot Bar

Aux origines

Le grand architecte de ce concept est Bertrand Marquès, déjà propriétaire-associé de La Table des Grands Causses à Saint-Georges-de-Luzençon, une adresse qui sert des spécialités aveyronnaises. D’aprés le restaurateur, l’aligot est ce qu’il vend le mieux puisqu’il représente 50 % du chiffre d’affaires de son premier établissement. Il a alors décidé d’ouvrir un « fast-food » dont la carte est spécialisée en aligot agrémentée de quelques produits de l’Aveyron et des plats classiques.

Développement

Le premier Aligot Bar voit donc le jour en novembre 2010 à Toulouse, dans la rue Saint-Rome, près du Capitole.  L’Aligot Bar a immédiatement suscité un engouement certain, à un point qu’un deuxième restaurant est sur le point d’ouvrir ses portes dans la ville. Parallèlement, Bertrand Marquès se lance dans la stratégie de la franchise. Ainsi, deux Aligot Bar franchisés vont prochainement être inaugurés à Paris et à Lyon.Pour ceux qui sont intéressés par la franchise, le siège social de l’Aligot Bar se trouve dans la commune de Saint-Affrique, en Aveyron. Il est géré par deux employés. 

La carte

L'aligot est une spécialité culinaire de l'Aubrac, une région composé des départements de l'Aveyron, du Cantal et de la Lozère. On trouve à l’Aligot Bar plusieurs formules à petit prix selon l’accompagnement de la barquette d’aligot. Celle-ci peut naturellement être commandée seule. Et comme dans tout restaurant rapide digne de ce nom, l’établissement propose des sandwiches, mais ici ils sont spéciaux car ils sont conçus avec du pain aveyronnais.    
      
Marie
Par

Chez elle, on retrouve à la fois l’amour de l’écriture et la passion de la bonne cuisine. Critique gastronomique en herbe, elle est en recherche permanente de nouvelles expériences culinaires pour ensuite partager ses ressentis avec les lecteurs de ou-dejeuner.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire