Ibaji : le coréen de la rue parisienne du Vertbois

L’établissement Ibaji, spécialisé dans la cuisine coréenne, a ouvert dans la soirée du 08 octobre 2014 à Paris 3. Au menu : des curiosités, mais aussi du sain, du naturel, de l’équilibré et de la créativité. Découvrez avec ou-dejeuner l’ADN de ce restaurant où l’on peut s’attabler, mais aussi opter pour la vente à emporter.

En cuisine © La Jeune Rue
En cuisine

L’esprit Ibaji

Ibaji, d’une capacité de 23 couverts, a importé à Paris la tradition culinaire coréenne, caractérisée entre autres par la quasi-omniprésence de la saveur épicée. L’enseigne dévoile aux Parisiens et aux visiteurs de la capitale française le raffinement de la cuisine de la Corée. Si les recettes sont emblématiques du pays du Matin clair, les ingrédients eux proviennent de terroir français et sont issus de l’agriculture vertueuse (une agriculture qui s’autoapprovisionne en énergie dont les techniques sont largement appliquées en agriculture biologique, en agroforesterie et en permaculture). Conforme à l’esprit coréen, l’équipe en cuisine utilise les parties basses issues des carcasses. Côté design d’intérieur, il est signé Paola Navone. Quant à la cuisine, elle est dirigée par le chef Sukwon Yong.

L’éventail de plats Ibaji et les menus

La tradition coréenne est à l’honneur avec des plats tels que le Pajeon, la populaire brochette de poulet Dakkochi Gui, le Tartare de bœuf Yukhoe ou encore, le mythique Bibimbap. La carte est assez dynamique. En février par exemple, on apprend sur la page Facebook de La Jeune Rue (le projet gastronomique et culturel auquel s'est rallié l’enseigne) que 3 nouvelles recettes intègrent l’offre de plat : Doenjang Guk (soupe de légumes d'hiver), Dongeurangttaeng salad (salade du jardin aux boulettes et tofu à la clémentine) et Galbi Gui (côte de bœuf mariné). Les plats sont servis avec le Kimchiee et des banchan, terme coréen désignant de petites recettes cuisinées destinées à accompagner les plats principaux (roulades de riz par exemple). L’enseigne propose un menu déjeuner et un menu dîner.
  • Un cadre imaginé par Paola Navone
    © La Jeune Rue
    Intérieur de l'Ibaji
    Couleurs et transparence caractérisent le design d'intérieur de ce restaurant japonais.
  • L'heure de mettre le couvert
    © La Jeune Rue
    Dishes of IBAJI
    L'empreinte coréenne est bien là !
Marie
Par

Chez elle, on retrouve à la fois l’amour de l’écriture et la passion de la bonne cuisine. Critique gastronomique en herbe, elle est en recherche permanente de nouvelles expériences culinaires pour ensuite partager ses ressentis avec les lecteurs de ou-dejeuner.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire