feelGood au Programme National Pour l’Alimentation

Bruno Le Maire - Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire – a reconnu fin février le programme « feelGood. De la variété dans votre distributeur ».

Logo Feel Good
Logo Feel Good

FeelGood fait officiellement partie du Programme National Pour l’Alimentation

Par le biais d’un communiqué, le Ministre a justifié  son choix en indiquant les trois aspects positifs des actions de FeelGood. Les conditions quotidienne de l’alimentation sont améliorées, le patrimoine culinaire est valorisé et les jeunes générations héritent du goût pour une alimentation correcte et surtout variée. Le programme feelGood existe depuis décembre 2011 sous l’impulsion de la NAVSA (chambre syndicale nationale de Ventes et Services Automatiques).

Question de références

Le gestionnaire de distributeur automatique qui souhaite adhèrer au programme s’engage à appliquer scrupuleusement le cahier des charges de celui-ci. C’est ainsi qu'il doit intégrer dans le distributeur un nombre minimum de références appartenant aux familles d’aliments suivantes : fruits et légumes, boissons rafraîchissantes sans alcool, produits céréaliers et produits laitiers. Il s’agit de produits frais. Le nombre de références obligatoire dépend du type et de la taille du distributeur : DA snack, DA mixte ou DA de boissons « vitrine ». A noter que seuls ces trois types d'appareils peuvent obtenir le label « feelGood. De la variété dans votre distributeur® ».

La restauration rapide

Même si le programme est propre à la DA, la restauration rapide ne peut ignorer cette initiative, beaucoup d'enseignes mettant à disposition de leur clientèle des distributeurs. Elle contribue même à l'amélioration des offres produits de la restauration rapide. Cette dernière se spécialise (bar à sushis, bar à pâtes, bar à salades, grill...), monte en gamme, obtient la reconnaissance des chefs étoilés et bénéficient progressivement de la confiance des pouvoirs publics.    
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire