Choux d'enfer, le premier kiosque à chou

Alain Ducasse a plus d’un tour dans son sac ! Le 27 janvier dernier, il a lancé le tout premier établissement consacré à une pâtisserie classique et indéfiniment appréciée, à savoir le chou. L’adresse est baptisée le plus simplement du monde : Choux d’Enfer.

chou aux agrumes Alain Ducasse
chou aux agrumes
Pour cette aventure, Alain Ducasse n’a pas joué en solo. Le Chef-pâtissier du Plaza Athénée Christophe Michalak et le designer Patrick Jouin sont les deux autres pionniers de ce concept encore inédit, mêlant la street food à la très exigeante Haute Pâtisserie Française. Choux d’Enfer est donc le premier né du principe de la sweet food. Vous le trouverez dans le 15ème arrondissement de Paris.

Qu’est-ce que des petits choux de qualité ?

Au kiosque Choux d'Enfer Paris 15, ils sont fabriqués dans les règles de l’art, c'est-à-dire soufflés et aériens, avec une robe extérieure croquante et un cœur fondant. Pour obtenir la texture croquante, le pâtissier met à profit le sucre grain, les amandes hachées ou encore le grué concassé.  Pour le côté fondant, tout le secret réside dans la crème utilisée en garniture. Celle du kiosque est à base de fécule de manioc et de fleur de sel. Les petits choux sont cuits sur place pour offrir à la clientèle les merveilles d'une texture croquante sur le palais et pour les yeux celles, d’une délicate caramélisation réussie.

Que mange-t-on au chou d’enfer ?

On mange des petits choux sucrés, mais également des choux salés. En sucré, les gourmets se voient offrir des recettes au chocolat, au caramel beurre-salé, à la vanille, au café et aux agrumes. En salé, le kiosque refait découvrir les gougères, ces traditionnels petits choux au fromage. Ceux de la carte de Choux d’Enfer sont fourrés au comté et parfumés de diverses alliances d’épices.  
Marie
Par

Chez elle, on retrouve à la fois l’amour de l’écriture et la passion de la bonne cuisine. Critique gastronomique en herbe, elle est en recherche permanente de nouvelles expériences culinaires pour ensuite partager ses ressentis avec les lecteurs de ou-dejeuner.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire