Certains produits végétariens doivent changer de noms

Désormais, l’utilisation des dénominations d’aliments d’origine animale pour les produits végétaux est interdite dans tous les pays membres de l’Union Européenne, notamment les noms des produits laitiers. Finis le lait végétarien, le fromage de tofu et autre !

Produits laitiers Pixabay
Produits laitiers

Les origines animale et végétale sont bien différentes

La Cour de Justice de l’Union Européenne a rendu officielle sa décision. L’arrêté a été publié dans le communiqué de presse n°63/17 du 14 juin dernier. Dorénavant, les mots crème, lait, beurre, yoghourt ou fromage ne sont plus autorisés à figurer sur les emballages industriels des produits végétaux, avec ou sans mentions explicatives ou descriptives. À partir de cette publication officielle, toutes ces appellations appartiennent exclusivement aux articles d’origine animale. Les produits traditionnels sont autorisés à utiliser les rares exceptions, dont la crème de riz ou le lait d’amande en France, ou encore Cream en Angleterre. Selon cet arrêté, la décision est immédiatement applicable dans tous les pays de l’UE.

La bataille a porté ses fruits

L’association allemande Verband Sozialer Wettebewerb a récemment déposé une plainte contre la firme Tofu Town, distributeur de produits vegans pour concurrence déloyale. L’UE a tranché et lui a donné raison. Les producteurs de produits végétariens devront trouver des noms de remplacement à leurs produits pour que les consommateurs ne puissent pas les confondre avec les véritables produits dérivés du lait. Cet arrêté en précède certainement d’autres, étant donné que les producteurs de viandes en France et au Royaume-Uni revendiquent également le changement des noms des substituts de viande à base de végétaux. Dans la même foulée, l’Allemagne a également amorcé son combat contre la saucisse végane en mars. Elle a gagné sa bataille puisque les substituts ne peuvent pas utiliser les noms  "wurst" ou le "Schnitzel".  
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire