Améliorer le confort des aveugles en restaurant

Le concept a rapidement séduit à St Omer. Alors qu’en mai seulement deux restaurants été convaincus de son intérêt, le lundi 19 octobre, on dénombre dix-huit établissements audomarois à s’être lancé dans le principe du menu sonore pour faciliter la consultation de la carte par la clientèle mal ou non-voyantes. C’est une expérience unique en France, d’après la Jeune Chambre économique à l’origine de l’idée.

L'équipe Melle de Trévise et menu sonore Jeune Chambre Économique de Saint-Omer
L'équipe Melle de Trévise et menu sonore

Le menu sonore

Dans les restaurants qui ont adhéré au système, les aveugles et les personnes souffrant d’un problème de vue prennent connaissance de la carte en écoutant un dictaphone. Voilà en quoi consiste le menu sonore. Pour passer commande, il suffit de dire le numéro du plat concerné. Le dictaphone est également bien pensé pour permettre une manipulation facile. Il ne contient que trois boutons : lecture, marche arrière, avance rapide. Et pour que les clients se retrouvent parmi ces 3 commandes, elles sont dotées de pastilles en relief.

Avantage du menu sonore

Cette méthode a été conçue par la Jeune Chambre économique qui l’expérimente depuis mai en collaboration avec deux restaurants et la Maison des aveugles. Pierre Bacquet, qui dirige la Maison des Aveugles, apprécie le concept pour l’autonomie qu’il offre aux personnes souffrant d’une déficience visuelle. La présence d’un accompagnateur durant le repas est devenue facultative. Il faut également savoir que les menus en braille ne sont pas accessibles à tous les aveugles, car tous n’ont pas appris cette forme d’écriture. Sans compter qu’ils nécessitent une imprimante spéciale.  Le dictaphone coûte 60 euros.

Les restaurants

Les 18 restaurants qui ont déployé le dispositif en leur sein :
Le 1900,
Le Rialto,
Melle de Trévise,
Les Frangins,
Le Carré Saint-Martin,
Le Bistronome,
De Drie Kalders,
Le Murano,
La Fringalette,
Le Bachelin,
Le Coq en papillote,
La Table houlloise,
La Bagarnette,
Le Gardian,
La Maison Adelia,
L’Histoire de,
Le Chico’Rail, l’Industrie.  
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire