Saucette : un bar à saucisses parisien qui vaut le détour

Un bar à saucisses premium ? C’est fait, et c’est à Paris que ça se passe. Après les bars à tapas, les bars à salade et les bars à sushis, la « haute saucisse » à la française intègre le rang des établissements monoproduits par le biais de Saucette, un établissement prêt à concurrencer le hot-dog traditionnel américain.

Bar à saucisses Saucette Saucette / Facebook Officiel
Bar à saucisses Saucette

Il était une fois Saucette

Le fondateur, Adrien Clerc, a puisé son inspiration d’un concept américain, et a pour objectif l’élimination de l’image négative de la saucisse fourre-tout. Il veut rehausser cette réputation via son bar à saucisses premium, avec des produits gastronomiques de qualité. Le projet a germé pendant 2 ans, quand il était en Californie. Emmanuel Reynaud, du Square Marcadet, l’a aidé pour la mise en œuvre, et la réalisation s’est tenue avec l’inauguration de l’établissement au début de cette année 2017. Une adresse toute fraîche à tester absolument à Paris !

À chacun sa saucisse 

Vous voulez découvrir les spécialités de la maison ? Faites un tour au 30, rue Beaubourg en plein cœur de Paris, du mardi au dimanche à partir de midi. L’intérêt de ces produits réside dans le fait que la préparation privilégie l’utilisation des parties nobles des bêtes. Vous aurez le choix entre des recettes à base de saucisses gourmandes et équilibrées, entre chic et tradition. Le Louboudin est composé de boudin noir de Mortagne au Perche. La Socis Redding est une déclinaison avec du bœuf mariné et des graines de sésame. La Saucette Horner est à base de veau volaille, de coriandre et d’estragon. La David Douillette comprend des mini-andouillettes de Lyon, de la famille Quiblier. Quant à la Knack la Bise, il s’agit d’une saucisse de Strasbourg et d’une choucroute maison Schmid. Et bien sûr, vous pouvez déguster sur place. 
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire