3 raisons de craquer pour les frites de légumes au four

Le mouvement « clean eating » gagne de plus en plus de terrain et commence à devenir une tendance alimentaire incontournable. Cela n’empêche pas de bien manger pour autant. Amoureux des frites bien grasses cuites à la friteuse, voici 3 bonnes raisons de préférer les frites de légumes au four, moins caloriques et plus sains.

Frites de légumes Pixabay
Frites de légumes

1- C’est moins gras, moins calorique et plus sain

Puisque la santé se trouve dans nos assiettes, il faut savoir que les frites au four sont plus saines que les frites classiques qui baignent dans des litres d’huile. Avec moins de graisse, les frites au four gardent la même saveur, préservent leur qualité gustative et permettent une digestion plus facile.

2- Des ingrédients plus variés

Les frites ne riment pas uniquement avec pommes de terre. Presque tous les légumes et autres tubercules peuvent très bien remplacer ces féculents. Il s’agit entre autres de la patate douce, de la courgette, de la carotte, du céleri, du navet, de la betterave, du potiron, de l’aubergine ou encore du panais. Cela permet d’avoir plus de couleurs dans les plats, et une meilleure santé !

3- C’est facile à préparer

Pas besoin d’être un apprenti dans un grand restaurant pour savoir cuire des frites de légumes au four. Il suffit de tailler les légumes et les mettre dans un saladier. Ajoutez-y un peu d’huile (une cuillérée à soupe suffit), de l’huile d’olive de préférence pour sa faible teneur calorique. Vous pouvez très bien ajouter des condiments pour rendre vos frites plus savoureuses : herbes aromatiques, poivre, muscade râpée, etc. Mélangez bien le tout puis dressez sur la plaque du four. L’idéal est de les répartir sur du papier cuisson à défaut d’avoir une plaque anti-adhésive. Réglez la température à 200 °C et laissez cuire une trentaine de minutes pour avoir des légumes frits croustillants à l’extérieur et fondants à l’intérieur.  
Tomas
Par

Après une Licence professionnelle en Rédacteur Web, Thomas atterrit chez ou-dejeuner où il confrontera ses acquis théoriques avec les réalités du métier. Aujourd’hui, Thomas vole de ses propres ailes mais il continue de prêter sa plume au site.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire